Multiversum, Leonardo Patrignani

Multiversum tome 1, Leonardo Patrignani, Gallimard Jeunesse, 3 avril 2014

La couverture est magnifique je trouve ! 💖

Résumé : Alex vit en Italie, Jenny en Australie. Ils ne se sont jamais vus pourtant ils se connaissent depuis toujours, unis par un lien télépathique très fort.

Le jour où ils cherchent à se rencontrer, ils découvrent qu’il existe une infinité d’univers parallèles et que la réalité qui les entoure n’est qu’une de ces multiples dimensions. 

Parviendront-ils à se rejoindre tandis que leur destin semble lié à celui, inéluctable, de la Terre ? Existe-t-il un monde où vivre leur amour ?

Mon avis : Je dois bien l’avouer, j’ai choisis particulièrement ce livre pour sa couverture que je trouve juste sublime (ci-après d’autres images pour le bonheur des yeux 🙂 ) et que j’avais repéré au rayon ados de ma fnac. Cela étant, je ne puis m’arrêter au choix de la couverture et ai donc poussé l’exploration jusqu’à la lecture de la 4ème de couverture…qui m’a de suite captivée !

Je n’avais qu’une envie à ce moment-là – vite, vite, que je me procure ce bouquin, que je rentre chez moi et que je le lise – qui s’est pourtant concrétisée seulement des semaines plus tard pour la simple et bonne raison que le contexte fantastique peut soit totalement me plaire, soit totalement me décevoir – je parle en terme d’expériences déjà vécues.

Cependant, ici, rien n’est laissé au hasard. On est envoûté par l’histoire, on mène l’enquête tout comme Alex et ensuite Jenny qui essaient de comprendre ce qui leur arrive sans pour autant posséder toutes les cartes du jeu. Car tout ce qui arrive est étrange et mérite plus que réflexions…quoiqu’il en soit, le premier périple de leur extraordinaire aventure m’a charmée et j’ai hâte de lire la suite ; 

Je vous le conseille si…vous souhaitez être embarqué(e) dans une histoire qui paraît au premier abord plutôt logique et qui de plus en plus va devenir incompréhensible et terriblement intéressante.

Extrait :  » La vision s’évanouit brusquement. Alex laissa tomber le pendentif par terre, se leva d’un bond, et courut vers l’entrée. Tandis que l’orage se déchaînait sur la ville de Melbourne et qu’une pluie battante s’abattait sur le bitume, Alex Loria claqua la porte de la maison de Mary Thompson, dépassa la grille, et se mit à courur au milieu de la rue, le plus loin possible de la boîte qui renfermait les souvenirs de Jenny et qui s’était ouverte, libérant les fantômes du passé « .

Et si on ouvre le livre de dos, des deux côtés, on obtient :

Sublime, non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !