Il n’y a qu’à pourtant regarder les objets qui se partagent mon quotidien : ordinateur dernière génération, smartphone quasi dernier cri, appareil photo numérique…il serait possible de croire que je possède la panoplie de la presque-parfaite-jeune-femme-hi-tech, et bien que mon opinion pour ces joujous soit très prononcée, un dernier modèle de nouvelle technologie demeure encore hostile à mes yeux : j’ai nommé, chers amis, le compagnon de lecture e-book.

Pourquoi tant de réticences à l’égard de ce concentré d’options très pratiques pour la bibliophile que je suis ?

Car dès que je l’aperçois en boutique, au détour d’un rayon, ou au coin d’une page d’un magazine, cela me ramène à des souvenirs très antérieurs, lorsque je venais d’apprendre à lire et à écrire. Cela me rappelle en effet combien il était doux d’ouvrir un livre, de l’humecter, de s’approprier ses pages et son contenu, sentiment toujours d’actualité aujourd’hui.

L’e-book, bien que présentant des fonctions similaires, voire très avantageuses selon certains modèles, supprime – de mon point de vue – le contact physique, charnel que l’on peut entretenir avec un livre. Cette relation qui se créée entre le livre et son lecteur devient un attachement, une inspiration, un voyage possible grâce aux lignes écrites et qui sont lues. Une véritable connexion s’établit alors, permettant de passer d’une page à une autre, de tenir en main la révélation d’un message, celui de l’auteur, où culture, fantaisie, humour et autres ingrédients de l’imagination s’expriment librement.

Cette relation d’avec le livre présente donc dès ma jeunesse n’a eu de cesse de s’accroître avec le temps, pour devenir forte et belle, et ces petits trésors littéraires me sourient joyeusement de ma bibliothèque où ils sont soigneusement rangés. L’e-book condense ce savoir et réduit l’impact écologique du papier, enjeu évident à l’heure actuelle, et dont il est de plus en plus notre devoir de veiller à son bon équilibre, en réduisant nos consommations lorsque c’est possible. Souvenirs de mon enfance, impossible différence ?

Pourtant l’ère du changement a sonné, les nouvelles technologies s’emparent de nos vies et s’imprègnent dans nos quotidiens pour se rendre plus qu’utiles, davantage indispensables. Et notre avancée vers le progrès nous indique qu’il est désormais temps de touner la page. Toutefois, encore habituée à mes bonheurs en papier, il est encore difficile pour moi d’intégrer cette technologie à mes usages d’aujourd’hui. Arrivera-t-elle un jour à me convaincre ? La lecture sous ces aspects vous entraîne-t-elle dans les mêmes aventures ? N’hésitez pas vous aussi à me faire part de vos usages avec l’e-book, vos commentaires seront les bienvenus.

Rendez-vous sur Hellocoton !