Unique et incroyable. Un livre émouvant d’où émanent une sensibilité et une beauté rares.

Poussière d'homme, David LelaitPoussière d’homme, David Lelait, Pocket, 12 juillet 2012

Résumé : « Ce dimanche 3 avril, au soir, tes jours d’homme m’ont filé entre les doigts. Au presque commencement de ma vie, je t’ai perdu, toi avec qui je voulais la finir. Nous avions oublié d’être mortels, le temps nous a rattrapés…»

Mon avis : C’est tout bonnement sublime ! J’ai lu ce livre quasiment d’une traite, tant j’ai été émerveillée par cette histoire d’amour peu commune et pourtant si forte, si vivante, si belle. Les souvenirs se teintent de rires arc-en-ciel, une pensée fait référence à une soirée inoubliable caressée d’étoiles et de sourires. Chaque détail et moment passé revêt son plus bel habit, ravivant une histoire d’une extraordinaire sensibilité, ponctuée de joyeux instants, simples mais réels. Des instants désormais passés…

L’auteur narre cette histoire avec beaucoup de poésie et d’amertume, ce qui en fait un bijou délicat, à prendre soin, à toucher avec douceur et avec son coeur. J’ai été enchantée par la plume qu’il utilise, son style d’écriture qui est magnifique. J’ai adoré !…

D’ailleurs, cette lecture m’a beaucoup rappelé Le ciel est partout, de Jandy Nelson, j’en parlais ici.

Je vous le conseille donc sivous souhaitez être emporté par un tourbillon de mots d’amour et de poésie rare, d’une extême émotivité et d’une tendresse palpable à chaque phrase.

Extrait : « Noter, annoter, légender, décrire tous les détails de notre vie ensemble. Mon obsession. Du premier jour au dernier, rechercher les rires, m’accrocher à ces instants perdus comme à un radeau quand la mer de ma tristesse se déchaîne, renfiler les mailles de l’étoffe de notre histoire, sentir à nouveau la caresse d’une fin de journée ensemble et la douceur d’un réveil, rassuré par le regard de l’autre posé sur moi. Je voudrais me moquer de la concordance des temps et faire d’un passé perdu un présent retrouvé. Je voudrais que me chahutent sans fin les couleurs, les odeurs, les mots, les sensations, les frôlements, les frissons de ce temps vécu ensemble, hier. Ne rien égarer. De ces émotions rondes, lisses et lumineuses, je ferais un chapelet de perles de verre multicolores que je tiendrais au chaud, au fond de ma poche. Je l’égrènerais à loisir, à la manière des hommes d’Orient, alanguis et dilettantes. »

Rendez-vous sur Hellocoton !