» Aimer ça ne veut pas dire se ressembler. Aimer ça ne veut pas dire être pareils, se conduire comme deux jumeaux, croire qu’on est inséparables. Aimer c’est ne pas avoir peur de se quitter ou de cesser de s’aimer. Aimer c’est accepter de tomber, tout seul, et de se relever, tout seul…  » Rien de grave, Justine Lévy.

Lorsque l’on ouvre un dictionnaire et qu’on s’arrête à la définition du verbe « aimer », on pourra trouver ceci : « Avoir pour quelqu’un, quelque chose, de l’affection, de la tendresse, de l’amitié ou de la passion ; Etre amoureux, éprouver de l’amour pour quelqu’un ; Avoir de l’attachement pour quelqu’un ; Avoir du goût pour quelque chose, trouver du plaisir à faire quelque chose ; se trouver bien de quelque chose.»

Bien entendu, il existe plusieurs dimensions dans le verbe aimer, et peut être compris au sens large. Cependant, lorsqu’on l’évoque dans la plupart des cas, ne fait-il pas davantage référence à la relation amoureuse ? Et dans cette mesure, peut-on vraiment donner une définition de ce verbe fort ?

L’appréciation de son sens s’effectue, je pense, selon les ressentis de chacun au vu des expériences qu’il a vécu. C’est un verbe étrange puisqu’il incarne tant à la fois, la passion, la jalousie, la tendresse, la douceur, la délicatesse, la grâce, le bonheur infini que la tristesse, le désespoir, la mélancolie, le chagrin, la peine. Il est celui pour qui notre vie prend toute sa lumière, s’éclaire, s’embellit, ne dit-on pas d’ailleurs qu’alors l’on voit la vie en rose ? Quelle que soit la couleur qu’on lui attribue, nous percevons notre vie sous un angle nouveau : tout nous paraît plus simple, plus évident, plus facile, plus beau. On est plus forts à deux, on est une équipe, une qui gagne, mais une qui peut aussi avoir ses failles.

En effet, aimer s’écrit avec son compagnon inséparable, être aimé. Car comment vivre une histoire d’amour quand celle-ci ne vit que dans un sens ? Dans ce malheureux cas, aimer va rapidement se transformer en souffrance. On aime mais l’on n’est pas aimé. Ou alors on aime, mais l’autre ne nous aime plus. Un sens unique entre difficilement dans la définition du verbe aimer. Aimer prend toute sa beauté, sa splendeur lorsqu’il est partagé.

Et c’est vrai. C’est unique, parfois incompréhensible. Un regard, un sourire, un geste, et le coeur qui flanche. Des détails anodins qui en disent beaucoup, qui expriment énormément. Parfois, aimer ne s’explique pas. Aimer est alors grand, respectueux, magique, insondable, mais bien vivant. On le ressent par tous les pores de sa peau, on le vit dans notre esprit, on l’entend battre dans notre coeur. Il nous remplit tout entier d’un bonheur géant, d’un état de grâce que l’on ne peut que partager avec celui ou celle qui fait vibrer toutes les fibres de notre corps. Il est là, bien là, bien au chaud, bien entre nous, dans nos tripes, et l’on souhaite qu’il dure, perdure, à tout jamais.

Mais aimer c’est aussi prendre soin. Il est comme un feu indomptable se nourissant sans cesse de nouvelles bûches. Les bûches de l’amour comportent toutes ces petites preuves, ces petits riens, toutes ces petites parts, fragments, morceaux que chacun apporte pour nourrir l’amour qu’il porte à l’autre. Une attention, une surprise, un présent. Chacun joue sa mélodie de l’amour chaque jour en inventant toujours de nouvelles notes de musique. La chanson peut se prolonger, la romance peut continuer, l’air romantique s’installe dans cette bulle que chacun essaie de composer avec l’autre. C’est un langage que seules les personnes concernées peuvent comprendre, c’est leur ballade, ils la rendent unique, plus forte, elle est à leur image. Deux parties qui la constituent et l’embelissent au fil du temps.

D’ailleurs, ce dernier n’est pas forcément le meilleur allié du verbe aimer, car à tout instant, il peut marquer la fin, écrire le point final d’une relation qui a engendré des moments heureux. Pourtant, il créé des souvenirs et fait naître des espoirs : il faut donc le prendre comme il vient, et égrener à deux les moments enchanteurs d’un présent bienfaiteur. C’est à chacun d’être attentif au temps qui passe, qui construit tout le sens du verbe aimer que chacun donne à l’autre et qui finalement est instable car à tout moment pouvant changer.

Ainsi, chacun bâtit sa propre définition de l’amour, du verbe aimer et de celui qui va avec, être aimé. Nos expériences, nos aventures, nos rencontres nous construisent face à cette définition et il importe qu’elle prenne sa force à nos yeux envers ce qui compte pour nous dans une relation.

Rendez-vous sur Hellocoton !