Une lecture intrigante pour une plongée au coeur de trois destins bouleversants


La femme au miroir, EE Schmitt

La femme au miroir, Eric-Emmanuel Schmitt, Albin Michel, 17 août 2011

Résumé : Anne vit à Bruges au temps de la Renaissance, Hanna dans la Vienne impériale de Sigmund Freud, Anny à Hollywood de nos jours. Toutes trois se sentent différentes de leurs contemporaines ; refusant le rôle que leur imposent les hommes, elles cherchent à se rendre maîtresses de leur destin. Trois époques. Trois femmes : et si c’était la même ?

Mon avis : C’est le 2e livre de cet auteur que je découvre après avoir été émerveillée par le doux et poignant roman Oscar et la Dame Rose. Dès cette lecture, j’avais apprécié la plume d’Eric-Emmanuel Schmitt qui maîtrise les émotions et sentiments en maître. Quelle n’a pas été donc ma surprise lorsque je suis tombée par hasard sur celui-ci !

J’ai adoré lire ce livre et pour cause, j’ai fait durer le plaisir en me laissant le temps de savourer chaque phrase, mot, expression des personnages. De plus, j’ai trouvé le sujet très original et je me suis délectée du destin de ces trois femmes, qui cherchent à se réaliser avec les moyens à leur portée en leur temps. On sent tout de même que chacune, en se sentant différente par rapport à l’époque où elle se trouve, est nettement plus avancée au niveau de la façon de penser et de concevoir le monde dans lequel elles évoluent. Bouleversant l’ordre établi, allant jusqu’à choquer par leur comportement, elles se mettent en marche vers leur destin, en tentant de comprendre le sens de la/leur vie. Différentes peut-être, impressionnantes sans doute.

Après ce roman, je dois dire que je suis absolument enchantée par l’univers de l’auteur. À l’avenir, j’aimerais m’imprégner davantage de tout ce qu’il a écrit, et le choix en la matière ne manque pas parmi les dix-huit oeuvres en littérature dont il est l’auteur (romans, récits, nouvelles, essais…).

Je vous le conseille si…vous avez envie de suivre la progression de ces femmes à la recherche de leur destin, de leur idéal, de leur sens en ce monde. Vous serez probablement sublimé par leur attitude et leur esprit, vous conviendrez que chacune marqua son époque à sa manière.

Extrait :  » Ils se retrouvaient tous les jours pour des conversations à trois, le tiers étant le tilleul sous la protection duquel ils s’asseyaient. Inconcevable pour Anne de partager l’essentiel sans se fondre dans la nature. Quoiqu’elle goûtât sa petite maison au béguinage, elle dépérissait cernée de murs ; pour réfléchir, il lui fallait l’étreinte de l’air frais, la glaise sous ses orteils, l’herbe dans ses doigts, le ciel comme horizon sur lequel s’inscrivait ses pensées, un bain de lumière, que ce fût celle du soleil ou de la lune. Si elle n’exposait pas son corps aux éléments, elle ne déroulait pas ses opinions. « 

Rendez-vous sur Hellocoton !