Quand élégance et pureté dansent entre les mots…

Une petite robe de fête, Christian Bobin

Une petite robe de fête, Christian Bobin, Gallimard, Collection Folio, janvier 1993

Résumé : « Celle qu’on aime, on la voit s’avancer toute nue. Elle est dans une robe claire, semblable à celles qui fleurissaient autrefois le dimanche sous le porche des églises, sur le parquet des bals. Et pourtant elle est nue – comme une étoile au point du jour. A vous voir, une clairière s’ouvrait dans mes yeux. A voir cette robe blanche, toute blanche comme du ciel bleu.

Avec le regard simple, revient la force pure. »

Mon avis : J’avais entendu beaucoup de bien sur ce livre et avais donc très envie de le découvrir. J’avais notamment beaucoup apprécié la chronique de Laure et il me tentait énormément. Trêve de réflexions, je me le suis procuré et m’en suis délectée.

Regroupant neuf nouvelles très courtes, ce recueil est largement poétique, pur et doux. Il transporte, permet de s’évader, de rêver.

Abordant successivement différents thèmes (l’écriture, l’amour, l’importance des choses à nos yeux…), il ouvre la voie des interrogations, des pensées, des prises de conscience aussi. Apprécier ce que l’on a, les liens avec autrui, espérer une autre vie…

C’est juste, c’est beau, c’est précieux.

Je vous le conseille si…vous souhaitez découvrir la plume de l’auteur qui vaut vraiment le détour pour son originalité et son authenticité. Transcendante.

Extrait de la nouvelle « Regarde moi, regarde moi » :  » Il y a l’infirmité des débuts. Il y a la grâce vers la fin. Entre les deux, la croissance nécessaire de l’esprit, l’égarement dans un travail, une durée. Le début et la fin sont donnés ensemble, on ne le voit qu’après. On ne voit que longtemps après qu’il n’y a jamais eu de différence entre la gaucherie de l’enfant et la légèreté du dieu, entre la fleur et le fruit : la grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne. « 

Rendez-vous sur Hellocoton !