Comme le fleuve qui coule, Paulo Coelho

Comme le fleuve qui coule, Paulo Coelho, J’ai Lu, avril 2007

Résumé : Comme le fleuve qui coule est un recueil de cent un textes courts publiés par Paulo Coelho entre 1998 et 2005. Au fil des pages, il nous ouvre les portes de son univers d’écrivain, fait de petits morceaux de quotidien et de récits imaginaires qui acquièrent sous sa plume une dimension de contes philosophiques et pédagogiques, à l’usage de tous ceux et de toutes celles qui désirent vivre en harmonie avec le monde qui les entoure.

Mon avis : Après Aleph, L’alchimiste et Brida, je continue de surfer sur la vague du bien-être, de la conscience de soi et du sens de la vie. Je découvre au fur et à mesure de mes lectures d’autres facettes de l’auteur, de la force de son écriture, de son caractère, et cela me plaît et continue de m’instruire. J’aime lire ses mots, j’aime sa quête, ses conseils, les petits riens dont il parle et qui font tout.

Aussi, ce titre n’a pas fait long feu entre mains, d’autant plus que ces anecdotes me rappellaient avec joie les contes de Jacques Salomé que j’avais lu ainsi que ceux de Jorge Bucay.

Ces petits brins de vie relatés regorgent d’enthousiasme, pétillent de bonheur : il en émane de la douceur et de la paix. Les questionnement implicites ne peuvent laisser le lecteur indifférent, l’amenant à s’interroger sur sa propre vie, l’importance de ce qu’il y réalise. Paulo Coelho nous ramène finalement au plus profond de nous et par conséquent au naturel, au simple de ce qui nous constitue, nous fait vibrer et danser dans le monde.

Je ne me lasserais jamais de lire ses lignes, ses pensées, ses avancées, ses réussites et ses détours. Car il montre aussi qu’il est loin d’être quelqu’un de parfait : il cherche uniquement à s’accomplir, à être en symbiose avec ce qui vit en lui et le rend heureux aux yeux des autres. Ainsi, il nous convie à découvrir notre légende personnelle – terme que je connais désormais bien puisqu’il l’évoque dans d’autres de ses ouvrages -, pour nous sentir nous-mêmes et complets dans notre vie. Il nous invite également à apprécier la félicité des instants de la vie.

Je vous le conseille si…vous souhaitez vous enrichir de judicieux conseils, d’avis, d’opinions et vous régaler de pépites d’aventures de l’auteur.

Extrait :  » Le moment de l’aurore

Pendant le Forum économique de Davos, Shimon Peres, prix Nobel de la paix, a raconté l’histoire qui suit.

Un rabbin réunit ses élèves et demanda : « Comment savons-nous le moment précis où la nuit s’achève et où le jour commence ? – Quand, de loin, nous pouvons distinguer une brebis d’un chie, dit un jeune garçon. – En réalité, dit un autre élève, nous savons qu’il fait jour quand nous pouvons distinguer, de loin, un olivier d’un figuier. – Ce n’est pas une bonne définition. – Quelle est la réponse, alors ? » demandèrent les gamins. Et le rabbin dit : « Quand un étranger s’approche, nous le confondons avec notre frère, et les conflits disparaissent – voilà le moment où la nuit prend fin et où le jour commance. » « 

Rendez-vous sur Hellocoton !