« Le sage doit rechercher le point de départ de tout désordre. Où ? Tout commence par le manque d’amour »

Mo-tsu, philosophe chinois

Les gens, Philippe Labro

Les gens, Philippe Labro, Gallimard, Collection Folio, juin 2010

Résumé : Trois destins parallèles s’entrecroisent, trois vies dont le seul point commun est le manque d’amor : Maria, une jeune orpheline californienne d’une beauté rare, Caroline, une Parisienne trentenaire, enfin Marcus Marcus, célébrité de la télévision, mégalo et parano. Autour d’eux, vont graviter toutes sortes de gens : la femme de l’ambassadeur américain en France, une intraitable executive woman, un détective privé, une coach sans scrupule, des loups et des agneaux…

Mon avis : Ayant découvert ce titre au détour d’une visite lors d’une foire aux livres, c’est le nom de l’auteur qui m’a d’abord interpellée. En effet, je le connais surtout pour sa profession de journaliste. Quoiqu’il en soit, l’histoire qui m’est tombée sous la main m’intéresse : c’est décidé, je m’y plonge.

Et j’ai été embarquée dans un flot incessant d’aventures, prenant part tantôt à la barque de l’un des personnages, puis tantôt à un autre.

Ce qui m’a énormément plu, c’est la façon dont l’auteur a construit le récit. En effet, s’arrêtant tour à tour à l’histoire d’un personnage, il l’explore non seulement de l’extérieur – c’est-à-dire l’évolution du personnage, ses rencontres -, mais également de l’intérieur – ses réactions, ses réflexions, ses décisions. Du coup, j’ai trouvé que cela donnait beaucoup plus de profondeur à chacun, cela permettant aussi au lecteur de se sentir proche ou pas de l’un ou de l’autre, par comparaison avec lui-même.

De plus, Philippe Labro questionne indirectement à travers son roman et ses protagonistes sur des valeurs fondamentales telles que l’argent, la célébrité, l’amour, l’amitié, la réussite, la famille. Autant de points qui rendent l’histoire tant fascinante qu’intrigante.

Les personnages vont se croiser au fur et à mesure du déroulement des évènements, s’aider, se connaître, s’aimer, se haïr. Chacun a une personnalité propre et le définissant totalement, ce qui au final va l’amener à réaliser ce qui lui tient le plus à coeur.

Je vous le conseille si…vous souhaitez faire une virée originale en compagnie de personnages franchement atypiques et vraiment captivants.

Extrait :  » Elle savait Rose. Elle était devenue, au long de deux années d’amitié, la complice, ma soeur des journées de Glide Church, quand nous distribuions la soupe populaire à tous les paumés de Tenderloin. Ca nous avait unies. J’avais beau apprécier ma Volvo, tous les avantages distribués aux filles au pair, jouir de la TV et de l’écran plasma installé dans ma chambre chez les Stadler, mes vacances sur leur bateau, mon ordinateur, j’éprouvais toujours une certaine nostalgie des jours difficiles, au milieu des clochards, et des alcoolos, des damnés de la côte Ouest, Rose à mes côtés qui maniait la louche avec entrain, avec cette sorte de joie pure qui semblait émaner de son corps obèse et cette démonstration de bonté, ce sourire si gracieux, ce don total de soi qui me l’avait rendue précieuse. Rose, aux manières délicates et habiles, qui savait me donner l’amitié que je n’avais trouvée nulle part ailleurs et avec qui je partageais, en toute pureté, dans la même chambre du YWCA, des nuits de conversation et de confidences.  »

Rendez-vous sur Hellocoton !