De coeur inconnu, Charlotte Valandrey

 De coeur inconnu, Charlotte Valandrey, J’ai lu, 27 avril 2013

Résumé : Après la parution de L’amour dans le sang, livre dans lequel elle révèle sa séropositivité et sa greffe cardiaque, Charlotte Valandrey reçoit une lettre anonme : « Je connais le coeur qui bat en vouq, je l’aimais…» Ces mots, qui pourraient sembler fous, la bouleversent alors qu’elle est en proie à des cauchemars récurrents, des sensations de déjà-vu et des changements surprenants. Y a-t-il vraiment une autre vie en elle ? Un voyant troubblant, un cardiologue amant , une psychanalyste rationnelle et un professeur figé dans le secret médical vont tenter de lui répondre.

Un voyage initiatique captivant qui, des mystères de la mémoire cellulaire aux errances du coeur, la mènera peut-être vers ce but ultime : l’amour.

Mon avis : J’avais hâte de découvrir la suite de L’amour dans le sang, ce livre qui m’avait tant bouleversée et entraînée dans les recoins très intimes de Charlotte Valandrey. 

Et quelle suite émouvante ! Bien entendu, après la parution de son premier livre, l’actrice a reçu quantité de soutiens, de lettres d’espoirs, de témoignages personnels et autres missives se reliant à son cas. Son histoire ne pouvait forcément pas laisser le lecteur de marbre. Surtout un, qui a cherché à la joindre, à échanger avec elle, malgré tout, voulant se rapprocher de sa quête…à savoir les souvenirs étrangers à son vécu venus la hanter la nuit.

Charlotte Valandrey fera de curieuses découvertes, sur elle-même et sur les autres, tentant de comprendre tant son présent que son avenir. Tout comme l’opus précédent, j’ai aimé la manière dont elle se livre, simplement, parlant avec son coeur. Je me suis sentie proche d’elle à chaque ligne de son récit, à chaque bribe de sa vie, m’étonnant de sa persévérance et admirant son courage. C’est tendre, c’est sa vie brute de décoffrage qu’elle nous sert, c’est doux, c’est elle et c’est tout bonnement sublime.

Je vous le conseille si…vous avez déjà lu L’amour dans le sang. En effet, ceci est la suite directe, et beaucoup d’éléments de ce récit suivant découle du précédent.

Extrait :  » Mes parents étaient comme cela, souvent silencieux, adeptes du non-dit. Cela m’était naturellement insupportable, alors je parlais fort, je riais fort, je dansais, je provoquais, je voulais tout sauf le silence. La vie pour moi n’était pas silencieuse. Je voulais son et lumière. Le modèle parental reste mystérieux, on tente de s’en affranchir et pourtant on y revient souvent presque malgré soi. Ce que l’on croyait extérieur à soi s’affirme en soi. J’ai fui le silence, j’ai adoré le bruit, le rock, les boîtes de nuit et jouer la vedette […] « 

Rendez-vous sur Hellocoton !